Archives du mot-clé publicité

Quoi de mieux que des mots ?

Dans les couloirs du métro, sur le bord de la route, partout, nous sommes submergé de publicités. Les annonceurs se livrent une véritable bataille ouverte pour conquérir notre attention. C’est à celui qui sera le plus original, le plus séduisant, le plus impactant. Et il faut l’admettre, cette quête mène souvent parfois à des annonces surchargées, aberrantes voire incompréhensibles.

Cependant, ces derniers temps, j’observe que les publicités jouent la carte de la sobriété pour faire passer leur message d’une façon plus claire. Je trouve cela fichtrement efficace !

publicité mots

Quoi de mieux que des mots simples pour faire passer un message, une idée ? (Surtout lorsqu’il doit être saisi en 1/4 de seconde par le badaud dans les couloirs du métro ou au volant de sa voiture.)

 

Campagne choc de LEGO

Je ne sais pas si cette campagne pub de LEGO est une réponse directe à celle de Cartoon Network, dont j’avais parlé ici. Mais en la découvrant aujourd’hui je repense à certains de mes cours de marketing et à ce professeur qui nous incitait à avoir une vision large de notre marché.

Lors de ses derniers cours il aurait pu nous demander : « Quels sont les concurrents de LEGO ?» Et nous aurions sûrement répondu : Playmobil, Mécano ou d’autres marques de jouets pour enfants. Mais d’une façon plus large, on peut dire sans se tromper que Cartoon Network est un concurrent important de LEGO puisque tout deux répondent au même besoin d’amuser les enfants.

Finalement, il n’est pas si étonnant que ces deux marques s’opposent si clairement dans leurs discours publicitaires. Aujourd’hui chacun essaie de rallier les parents à leur cause avec des arguments opposés. Lorsque le fabriquant de jouets utilise la violence de la télé, la chaine télévisée se sert de l’innocence des jouets.


Télévision quand tu nous tiens.

Coup de pub ou tentative de coup de pub pour Cartoon Network qui présente cette semaine son dernier spot.

A mon sens, une réalisation réussie au service d’un discours « non louable »…

Toy Soldier from Animatorio on Vimeo.

Ce soldat à l’air tellement brave à avancer à la seule force de ses bras, il utilise ses dernière force pour accomplir l’action ultime qui sauvera son pays. Il approche de son but, plus qu’un petit effort… ça y est, dans un dernier élan de bravoure, il appuie sur la gâchette qui le délivrera. Et là ! La télé s’allume. Cette magnifique télévision qui sauve les pauvres jouets qui se font martyriser par les enfants.

Encore une fois, la télévision s’impose et prend l’habitude de nous donner des vérités préconçus auxquelles nous devons croire sans réserve. Si bien qu’aujourd’hui, cette vérité absurde la concerne directement. Comment peut on vanter les mérite de la télévision en avançant le fait qu’elle empêche les enfants de s’amuser avec leur jouet. Est il préférable qu’un enfant passe du temps à imaginer de grande histoire avec des objets ou qu’il regarde d’un air végétatif des images animées par d’autres ?

Imaginons ce même spot avec une fin quelque peut revisité : le soldat appuie sur le bouton et éteint la télévision… tous change. Le soldat a alors vraiment sauvé quelqu’un, il a empêché l’enfant de s’émerveiller devant la télé et lui lance une grand appel au secours pour qu’il s’occupe plutôt de ses jouets.

De plus, l’idée que l’enfant est destructeur lorsqu’il joue est renforcée par l’utilisation du jeu de guerre et du soldat. Certes certains diront qu’ils transmettent une certaine violence aux enfant, mais que peut on dire des images choquantes montrer dans la lucarne à des heures de grande écoute. Comme le dit très bien un certain Akhénaton : « en parler tous les soir tous les soir au journal, ça devient banal, ça s’imprime dans la rétine comme situation normale. Et si petit frère veut faire parler de lui, il réitère ce qu’il a vu avant huit heure et demi. » Pour pousser le vice plus loin et rester dans le contexte du spot de Cartoon Network, c’est peut être même la télé qui incite l’enfant à reproduire des scènes de violence sur ses jouets.

Ce billet n’est pas la réaction impulsive d’une personne totalement réfractaire à la télévision, mais il fait état d’une situation où la télévision est parfois prise comme un média suprême. La vidéo suivante, sortie presque en même temps que la première, illustre bien cette idée.

Television is a drug. from Beth Fulton on Vimeo.