Rupture ou continuité

Il est certain, indéniable, inévitable (et tous les autres adjectifs similaires) qu’internet modifie considérablement les comportements des consommateurs du XXIème siècle.

Avec internet, nous sommes avant tout devenus des consommateurs impatients. Et cela tien autant dans le fait que l’information ou la possibilité d’acheter un produit ou un service soit immédiatement disponible, que dans le fait qu’internet distribue de l’information nouvelle en continu.

En effet, il est assez interessant d’observer comment nous devenons adepte aux systèmes qui permettent d’être informé le plus immédiatement possible. Du journal aux flux RSS ; de la lettre amenée par le facteur aux mails, jusqu’aux notifications facebook, les délais entre la production d’une donnée et sa réception ne cesse de s’amenuiser et j’ai bien l’impression que nous en devenons accro.

Il est alors interessant de se demander quel impact sur le marketing des produits et des services cette modification de comportement peut elle avoir ? Ne sommes nous pas désormais plus motivé par le fait d’obtenir ce qu’on veut dès que c’est techniquement possible plutôt qu’être tenu en haleine jusqu’au jour fixé pour sa sortie ?

Prenons l’exemple des séries télévisés. J’ai l’impression qu’il est plus commun de croiser des personnes impatientes de voir le nouvel épisode d’une série à succès, plutôt que des gens qui trépignent en attendant la sortie d’un nouveau film qui devrait avoir du succès. Techniquement, une série ce n’est qu’un film découpé en plusieurs épisodes, pourtant elle semble faire plus de « fans »… Le concept de délivrer son produit ou service en plusieurs fois plutôt qu’une seule ne pourrait il pas être une clé de succès à appliquer à d’autres domaines ?

Un album de musique a-t-il encore du sens, par exemple ?
Dans un album, chaque morceau doit avoir le temps d’être écouté pour être apprécié. Pourtant avec le concept d’album qui sort à un instant t, une douzaine de morceaux nous sont balancés d’un seul coup et je suis sur que c’est l’origine de plusieurs de mes déceptions musicales. Je me demande donc si les artistes ne feraient pas mieux de nous proposer leurs oeuvres sans attendre d’en avoir 12 pour nous faire une « compile ».
La semaine dernière, l’un des artistes que je suis sur facebook (ENZ), a mis en place un système assez interessant. Il met en ligne une nouvelle chanson à chaque fois que la précédente a cumulée plus de 500 écoutes. Au final, tous les morceaux sont écoutés, ré-écoutés et partagés à volonté. Je ne suis pas sur qu’ils auraient tous eu le même sort si ils étaient sortis en même temps sur un album.
De plus, lorsque nous achetons un album, nous avons tous le « mauvais » réflexe de nous demander quelle sera la meilleure musique du CD (et si elles étaient toutes bien…). Mais en proposant les morceaux un par un, la question est plutôt : « la prochaine me plaira t elle autant que la précédente ? » (Ce qui génère un intérêt constant pour les oeuvres de l’artiste.)

Ce constat autour du désire accrue d’immédiateté semble être un élément interessant à appliquer à beaucoup d’autres marchés.

Les constantes évolutions des comportements, nous encouragent à sans cesse remettre en cause les formes des produits et services qui nous entourent ; la partie de ne fait que commencer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *