J’ai bien peur que nous soyons aliéné…

 

shapeimage_1

Je pensais avoir trouvé l’un des textes les plus parfait du rap français. J’étais certain que la chanson « banlieusards » de Kery James, dont je parlais ici, était l’aboutissement d’une réflexion qui pourrait nous donner les clés de la réussite. Je croyais en son discours mobilisateur qui pouvait guidée une génération issue des « quartiers (ou la vie est) difficiles » sur un chemin sain et victorieux.
Tout semblait parfait, Kery James avait réaffirmé le fait que la vie d’un banlieusard est difficile, qu’il doit indéniablement surmonter de nombreux obstacles pour parvenir à ses fins. Mais il avait aussi mis en avant le fait que cet effort nécessaire, devait le rendre plus motivé et satisfait de sa réussite.

Mais tout cela, c’était sans compter sur le texte de Gaël Faye du groupe Milk Coffee & Sugar. Celui ci répond au titre de Kery James avec un point de vue radicalement opposé mais tout autant convaincant. Pour Gaël, le message de Kery n’apporte pas de réelle solution et semble même plutôt déplacé : « Maintenant le rap prend des allures d’un sermon de DRH, il nous encourage à faire carrière et gagné des sous. De boire toutes ces conneries fait mal au crane, vite faut qu’on dessaoule ».

A l ‘écoute du morceau, on se rend très vite compte que l’ensemble du morceau « banlieusard » est contestable. De part le simple fait que le message galvanisant de Kery James à destination de toute une génération s’inscrit dans un système qui est à l’origine même de ses problèmes. En effet, en proposant aux jeunes de faire carrière, paradoxalement il les incite à faire parti d’un système qui les a mis à l’écart. Même s’il s’efforceront surement de ne pas reproduire les mêmes oppressions s’ils réussissent, ils devront dans un premier temps accepter les règles dictées par d’autres.

Finalement, c’est peut être Gaël Faye qui a raison. Nous sommes condamné à l’échec, tant que nous évoluerons dans cette société formatée. On a beau croire avoir la solution, on se dit qu’en réussissant ses études on pourra déjouer le système et leur prouver que le succès est plus une question d’effort que de réussite. Mais en faisant cela, nous aurons simplement suivit le chemin qu’ils avaient tracé. Ils auront réussi à faire de nous des « soldats au compte chèque solvable ».

« Sans déclarer la guerre, il a vaincu nos rhétoriques.
Le capital est dans nos têtes et nous fait l’amour torride.
Leur système à la con nous prépare à la compèt’.
Ils vous parlent de réussite, je vous parle de conquêtes.

Je n’accepterais jamais les règles qu’ils ont fabriquées.
Je n’accepte que les rêves que mon cœur veut abriter. »

Ces 6 phrases sont la synthèse d’un triste constat. Nous sommes tellement imprégné par ce système bien ficelé que la principale solution que nous trouvons pour y échapper est d’y participer.

Pour autant, je ne rejette pas le message de Kery James. Le parcours de cet artiste me laisse croire que son texte est le fruit d’une réflexion de plusieurs années. A travers son texte il a d’abord la volonté de remotiver une jeunesse perdue. Certes, le combat contre le système tout entier est nécessaire, mais il paraît tellement difficile. Dès notre naissance nous en faisons partie, leurs reportages et leurs écoles nous condamnent à ne pas en sortir.

Finalement, même si ces deux chansons se répondent, Gaël Faye et Kery James abordent les maux de notre société sous deux angles différents. Contrairement à ce qu’il peut paraître, je ne suis pas certains que ces deux visions soient contradictoires. Leur confrontation pose la grande question : est il plus facile de changer un système de l’intérieur ou de l’extérieur ? Aujourd’hui, j’ai bien l’impression qu’il nous est pratiquement impossible de ne pas en faire partie.
Je serai tenté de dire que la motivation et le désire de réussite que transmet Kery est plus que nécessaire pour notre génération, pour autant, nous devons garder en mémoire le message de Gaël. Il nous rappel, l’extrême perversité du monde qui nous entoure, ainsi que la vigilance et la résistance dont nous devons faire preuve.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *